METHALDONE_2.jpg
 

La chimie des sentiments

D’OÙ SORTENT CES POTIONS ÉTHÉRÉES, INCISIVES, RÉTRO-FUTURISTES ? AURAIENT-ELLES ÉTÉ PENSÉES PAR QUELQUE SAVANT AZIMUTÉ À MILLE LUNES DE LÀ ?

NOUVELLE BIBLIOTHÈQUE DES ODEURS, ÆTHER EST UNE RÉACTION CHIMIQUE QUI « ALLUME » L’IMAGINAIRE ET GUÉRIT LES CŒURS DÉÇUS PAR TROP DE CONFORMISME ENFLACONNÉ ET PAR LE TROPISME RÉALISTE DE LA PARFUMERIE. UNE PHARMACOPÉE CONTEMPORAINE POUR LES ÂMES AVENTUREUSES EN QUÊTE DE SURPRISE, D’ÉBLOUISSEMENT, TOUT AUTANT QUE DE CRÉATION.

ÆTHER, C’EST L’HOMMAGE DU CRÉATEUR AUX MOLÉCULES DE SYNTHÈSE ET À LA FRÉNÉSIE DE LA CHIMIE. KAMIKAZE OLFACTIF, LA MOLÉCULE ÉLÉMENTAIRE DYNAMITE CHACUN DES PARFUMS DE SON ABSTRACTION INSOLITE, SA BELLE ÉTRANGETÉ. LE NEZ, QUI NE PEUT SE RACCROCHER À AUCUN INGRÉDIENT CONNU, SE LAISSE PRENDRE PAR SURPRISE ET SE SOUMET À L’ÉMOTION… PURE. CELLE DE LA DÉCOUVERTE, DU PREMIER JOUR, DE LA PREMIÈRE FOIS. EH OUI ! SI CHAQUE MOLÉCULE ODORANTE A UNE ODEUR SUI GENERIS, BIEN MALIN QUI POURRAIT DIRE CE QUE SENT PRÉCISÉMENT L’ALDÉHYDE C12 OU L’ISO E SUPER… ?

TANTÔT BULLE SCINTILLANTE ET TANTÔT BEAUTÉ FULGURANTE, LA MOLÉCULE — CE PRESQUE-RIEN DANS L’INFINI — EST SACRÉE JEUNE ÉGÉRIE DE LA COLLECTION.CHEZ ÆTHER, PAS DE FLEUR-SPECTACLE OU D’ENVOLÉE LYRIQUE AUTOUR D’UNE MATIÈRE PREMIÈRE HISTORIQUEMENT CLASSIQUE ; PLUTÔT L’ÉVOCATION D’UNE VÉGÉTATION MÉTALLIQUE, DE BOIS INCONNUS, DE SONS IMPERCEPTIBLES, D’INSTANTS À VENIR…CES PARFUMS D’UNE IMPÉRIALE FANTAISIE N’ENVIENT PAS LE SILLAGE DES AUTRES, MAIS LUI PRÉFÈRENT UN HALO LUMINEUX, UN CERNE MAGIQUE, UNE AURA D’HUMOUR ET DE MYSTÈRE.

 

LIONEL PAILLES -
Journaliste, auteur, spécialiste du parfum, collabore aux magazines Grazia, LUI, Vanity Fair, Air France Magazine, Cosmétique Magazine. Auteur d'un livre sur les molécules de synthèse de la parfumerie (“Esprit de Synthèse”, Ed. de l'Epure). 

 

 

 

 

 
der aether.jpg
 

the senses of chemistry

WHENCE COME THESE ETHEREAL, INCISIVE, RETRO-FUTURISTIC POTIONS? COULD THEY HAVE BEEN DESIGNED BY SOME MAD SCIENTISTS A THOUSAND MOONS AWAY?

NEW LIBRARY OF SCENTS, AETHER IS A CHEMICAL REACTION THAT "FIRES" THE IMAGINATION AND HEALS HEARTS DISAPPOINTED BY TOO MUCH BOTTLED UP CONFORMITY AND BY THE REALISTIC TROPISM OF PERFUMERY. A CONTEMPORARY PHARMACOPOEIA FOR ADVENTUROUS SOULS IN SEARCH OF SURPRISE, DAZZLE, AS WELL AS CREATION.

AETHER IS A TRIBUTE BY ITS CREATORS TO SYNTHETIC MOLECULES AND THE FRENZY OF CHEMISTRY.OLFACTORY KAMIKAZE, ELEMENTARY MOLECULES EXPLODE EACH OF THE PERFUMES INTO A BIZARRE ABSTRACTION, A BEAUTIFUL STRANGER. THE NOSE, WHICH CLINGS TO NO KNOWN INGREDIENT IS FIRST CAUGHT BY SURPRISE AND THEN SUBMITS TO PURE EMOTION: THE DISCOVERY, THE FIRST DAY, THE FIRST TIME.  IF EACH MOLECULE HAS A RATHER DISTINCTIVE SMELL, WHO COULD GUESS EXACTLY WHAT THE SMELL OF THE ALDEHYDE C12 OR ISO E SUPER WOULD BE?

SOMETIMES A SHIMMERING BUBBLE AND SOMETIMES DAZZLING BEAUTY, THE MOLECULE - THIS ALMOST-NOTHING IN INFINITY - IS THE SACRED YOUNG MUSE OF THE COLLECTION.AT ÆTHER, NO FLOWER-SHOW OR FLIGHT OF LYRICISM AROUND THE HISTORICALLY TRADITIONAL RAW MATERIAL; RATHER THE EVOCATION OF METALLIC VEGETATION, UNKNOWN WOODS, IMPERCEPTIBLE SOUNDS, MOMENTS TO COME ... THESE SCENTS OF IMPERIAL FANCY DO NOT ENVY THE WAKE OF OTHERS, BUT PREFER A LUMINOUS HALO, A MAGICAL RING, AN AURA OF HUMOUR AND MYSTERY.

 

LIONEL PAILLES -
Journalist, author, fragrance specialist, works for Grazia magazine, LUI, Vanity Fair, Air France Magazine, Cosmetics Magazine. Author of a book on the synthetic molecules in perfumery (“Esprit de Synthèse”, Ed. de l'Epure).

 

 

 

 

 
METHALDONE_1.jpg
 

METHALDONE. Il n’avait pas renoncé dans ses efforts pour le synthétiser. Il avait même demandé conseil à l’astronaute de retour de la Station Spatiale Internationale de lui décrire cette odeur si particulière (accord inédit autour de la DYNAMONE BELAMBRE®) : « une sensation métallique, douce et plutôt agréable » (AMBERMAX®, SILVANONE® , BOISIRIS®). Le parfum de l’espace qui, lorsque vous ouvriez le sas, vous submergeait de ses effluves de métal chauffé à blanc (surdose de ROSYRANE®), sensation olfactive issue du mélange des particules à haute énergie du cosmos et des molécules d'air des cabines spatiales.

METHALDONE a été composé par RODRIGO FLORES-ROUX, parfumeur senior chez Givaudan, à partir de captifs, molécules propres à la société et dont elle garde l’usage exclusif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

METHALDONE He had not given up efforts to synthesize it and had sought advice from the astronaut returning from ISS to describe this peculiar smell (a new accord around DYNAMONE BELAMBRE®): « a rather pleasant sweet metallic sensation » (AMBERMAX®, SILVANONE®, BOISIRIS®). This fragrance of space, that submerged you by its scent of burning metal (overdose of ROSYRANE®) when you open the doors of the space shuttle. This olfactory sensation resulting of the mix of high-energy particles, present in the cosmos and space cabin air molecules.

The fragrance composed by RODRIGO FLORES ROUX, senior VP Givaudan NYC, is composed of «captives» - patented synthetic molecules of Givaudan.

 

 
OK_Ether_OK_TITRE.jpg
 

EtherOxyde. De loin, de très loin, ça pourrait vaguement sentir le beau boisé frais contemporain ; de près, il y a cet étrange et addictif « accord éther » (ACÉTATE d’éthyle), et cette émanation d’amour, comme une lumière invisible (AMBROXAN, Iso E Super). « Et si la paix avait UNE odeur ? », me demanda-t-elle un peu inquiète. « Elle pourrait bien lui ressembler », répondis-je.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EtherOxyde. FAR AWAY, VERY FAR AWAY, YOU VAGUELY SMELL A BEAUTIFUL FRESH AND CONTEMPORARY WOOD; CLOSER, THERE IS THIS STRANGE and addictive "ETHER aCCORD"  (ETHYL ACETATE), And this EMANATION OF LOVE, this invisible light(AMBROXAN, Iso E Super). "AND IF PEACE HAD A SMELL ?" SHE ASKED ME, A LITTLE WORRIED. "IT MIGHT BE LIKE THIS" I REPLIED.

 

 
OK_Citrus_OK.jpg
 

CITRUS ESTER. S’il m’en souvient bien, c’était le premier jour du monde. Un de ces jours qui semble tendre à la perpétuité n’étant pas tout à fait certain d’être suivi d’un second. L’instant frissonnait d’énergie. Une énergie fantôme, lumineuse (METHYLE PAMPLEMOUSSE) et bienveillante, teintée d’un léger goût de fruit primordial (FIRASCONE, RHUBAFURANE). La vie, les prémices de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CITRUS ESTER. IF I REMEMBER CORRECTLY, IT WAS ON THE FIRST DAY OF THE WORLD. ONE OF THOSE DAYS THAT SEEMS TO STRETCH OUT FOREVER, AND YOU ARE NOT QUITE SURE THERE IS GOING TO BE A SECOND. THE MOMENT QUIVERS WITH ENERGY. AN ENERGY GHOST, BRIGHT (METHYL GRAPEFRUIT) AND CARING, TINGED WITH A SLIGHT TASTE OF PRIMORDIAL FRUIT (FIRASCONE, RHUBAFURANE). LIFE, THE BEGINNINGS OF LIFE.

 

 
OK_Muskethanol_OK.jpg
 

muskethanol. UN SEMBLANT DE RéALISME : UNE POIGNéE DE SABLE D'OR plongée dans l'alcool (dAMASCENONE) QUI SE MET à LUIRE, COMME PAR ENCHANTEMENT, DE MILLES PAILLETTES, MIROITEMENT ARGENTé SEMBLABLE à CELUI DE LA MER. l'IMPRESSION TROUBLANTE D'UN SABLE QUI AURAIT éTé RENDU PRESQUE ABSTRAIT. UN SABLE D'ACIER, FUTURISTE, CELUI PEUT-ÊTRE D'UN AUTRE MONDE (CETALOX, muscONE).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

muskethanol. A SEMBLANCE OF REALISM: A HANDFUL OF GOLDEN SAND poured in alcohol (damascenone) THAT STARTS TO GLOW, AS IF BY MAGIC, A THOUSAND SEQUINS, A SILVER SHIMMER SIMILAR TO THE SEA. THE DISTURBING IMPRESSION OF SAND THAT HAS BEEN RENDERED ALMOST ABSTRACT. A SAND OF STEEL, FUTURISTIC, PERHAPS FROM ANOTHER WORLD (CETALOX, muscONE).

 

 
OK_Carboneum_OK.jpg

 

CARBONEUM. DANS LE RÊVE DE L'ENFANT, LE TYPE EN COMBINAISON DE PLONGéE SURGISSAIT DE L'OCéAN, ESSORé PAR LES FLOTS, AVANT D'ÊTRE PROPULSé DANS L'ESPACE PAR QUELQUE FORCE MAGNéTIQUE. éTRANGE ACCORD "NéOPRèNE" (BENZOATE DE MéTHYLE, SUDéRAL, tIMBéROL) ! ON SENT MÊME LA TEXTURE MOUSSE, UN PEU rÊCHE (GLOBANONE). LA NUIT SUIVANTE, IL FIT à PEU PRèS LE MÊME RÊVE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CARBONEUM. THE DREAMS OF A CHILD : THE MAN IN A DIVING SUIT RESURFACING FROM THE OCEAN WRUNG OUT BY THE WAVES, BEFORE BEING PROPELLED INTO SPACE BY A MAGNETIC FORCE. A STRANGE HARMONY REPRESENTING NEOPRENE (BENZOATE METHYL, SUDéRAL, tIMBéROL) ! ONE ALSO SMELLS THE TEXTURE OF FOAM, A LITTLE ROUGH (GLOBANONE). THE NEXT NIGHT IT HAD THE SAME DREAM.

 

 

 
OK_Rosa_Alcane_OK.jpg
 

Rose alcane. A-t-elle jamais existé ? A-t-elle seulement été cueillie par des mains amies cette rose sidérale? On pourrait le croire tant elle est texturée, vivace, réelle (OXYDE DE ROSE). Jolie fleur dans une peau de vache. Rose pour les filles et les garçons qui n’aiment pas follement les roses mais qui ne détestent pas les surprises. Les miracles de l’alchimie transforment, juste sous le nez, un bouton de rose hyper frais en fleur métallique, belle mécanique florale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rose alcane. DID IT EVER EXIST ? HAS IT ONLY EVER BEEN HARVESTED BY FRIENDLY HANDS THIS SIDEREAL ROSE ? ONE COULD IMAGINE IT SO TEXTURED, SO VIVID, SO REAL(ROSE OXYDE). BEAUTIFUL FLOWER IN A COWHIDE. A ROSE FOR GIRLS AND BOYS WHO DO NOT LOVE ROSES MADLY BUT WHO DO NOT HATE TO BE SURPRISED. THROUGH BEAUTIFUL FLORAL MECHANICS, THE MIRACLE OF ALCHEMY TRANSFORMS, RIGHT UNDER YOUR NOSE, A SUPER FRESH ROSEBUD INTO A METALLIC FLOWER.

 

 

METHALDONE

ETHEROXYDE

das labo.jpg
 

nez alchimistes. LES PARFUMEURS aMéLIE BOURGEOIS ET ANNE-SOPHIE BEHAGHEL SIGNENT, SOUS LA DIRECTION ARTISTIQUE DE NICOLAS CHABOT, UNE COLLECTION HYPNOTIQUE DE CINQ PRéCIPITéS OLFACTIFS, DéLICES POUR LA PEAU ET L'ÂME, PARFUMS SANS EGO, CRéATEURS D'ATMOSPHèRE, OU TOUT EST DéLICIEUSEMENT EXTRAVAGANT, FANTASQUE, eSPIèGLE, PARFOIS DéRANGEANT OU INCONVENANT. ET QUELLE PROFUSION D'ABSTRACTION ! RIEN QUI LORGNE VERS L'ANTAN, RIEN QUI QUéMANDE UNE RéFéRENCE DéJà CONNUE, ET DONC RASSURANTE, RIEN QUI NE PUISE AUX eAUX mèRES DE LA PARFUMERIE MODERNE. DES PARFUMS NéS D'UN OUBLI OU D'UN TROU DE méMOIRE.

MANIFESTE esthétique, ludique et contemporain, le projet aether porte la parfumerie sur les territoires de l'ART.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

alchEmistRY NOSES. PERFUMERS aMéLIE BOURGEOIS AND ANNE-SOPHIE BEHAGHEL CREATE, UNDER THE ARTISTIC DIRECTION OF NICOLAS CHABOT, A HYPNOTIC COLLECTION OF FIVE PRECIPITATIONS, DELIGHTS FOR THE SKIN AND SOUL, EGOLESS PERFUMES, CREATIVE ATMOSPHERES WHERE EVERYTHING IS DELIGHTFULLY EXTRAVAGANT, WHIMSICAL, PLAYFUL, SOMETIMES DISTURBING OR INAPPROPRIATE. AND WHAT A PROFUSION OF ABSTRACTION ! NOTHING LOOKING TOWARDS YESTERYEAR, NOTHING THAT IS BEGGING FOR AN ALREADY KNOWN REFERENCE, AND THEREFORE REASSURING, NOTHING THAT DRAWS ON THE MOTHER LIQUORS OF MODERN PERFUMERY. PERFUMES BORN IN OVERSIGHT OR LAPSE OF MEMORY.

AESTHETIC MANIFESTO, SUBTLE AND CONTEMPORARY, THE AETHER PROJECT RAISES PERFUMERY INTO THE TERRITORIES OF ART.

 

 

 

 

 
 
Name / Nom *
Name / Nom
 

Instagram Feed

[etε:ʀ]. Æther ou éther. Nom masculin. Empr. au lat. class. aether /  grec ancien αἰθήρ « brûler » / spiritus aethereus / aithêr (« air pur, éther »).
I- En parlant d’un fluide hypothétique. 
[Physique] Partie la plus subtile et la plus élevée de l’atmosphère où se trouverait l’air le plus pur.
 [Métaphysique] « Cinquième élément » (avec le feu, l’air, l’eau et la terre) selon Aristote, l’æther est la matière des astres dont l’âme est issue.
[Mythologie] Selon les Grecs anciens, ce fluide subtil est une sorte de dieu primordial. Il personnifie le Ciel dans ses parties supérieures, plus pur et plus chaud, respiré par les dieux (par opposition à l’Ær, respiré par les mortels).
[Poésie] Désigne les espaces célestes. « Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses/Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau/Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses/N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau. — (Arthur Rimbaud, Le bateau ivre, 1871).
II- En parlant d’un corps chimique défini.
[Chimie] Liqueur spiritueuse très volatile qu’on obtient par la distillation d’un acide mêlé avec de l’alcool.
[Médecine] Liquide incolore, d’odeur caractéristique, utilisé dans l’industrie comme solvant et en médecine comme antispasmodique, antiseptique et anesthésique. En partic. (l'éther utilisé comme stupéfiant). « Il vous faudra une certaine préparation, c'est-à-dire une certaine habitude, pour ressentir dans toute leur plénitude les singuliers effets de l'éther (...) différents des effets du haschich, des effets de l'opium et de la morphine (Guy de Maupassant., Rêves, 1882). Par extension : Ethéromane. « Un véritable sérail d'hystéro-épileptiques et d'éthéromanes » (Huysmans, Là-bas, 1891).
 
[Etε: r]. Aether borrowed from classical Latin / Ancient Greek Αἰθήρ/ Aithếr / from αἴθω / aíthô  "burn" / spiritus aethereus / aithêr (« Pure Air, Aether ») (Encyclop. and Encyclop. Brit., Sv ether).
 
I− [Speaking of a hypothetical fluid or by reference thereto]
[PHYSICS]  Subtlest and highest part of the atmosphere where the pure air is found.
[METAPHYSICS] "Fifth Element" (with fire, air, water and earth), according to Aristotle, the Æther is the matter of the stars, where the soul comes from.
[MYTHOLOGY] According to the ancient Greeks, this subtle fluid is a kind of primordial God. The personification of Heaven in its upper parts, where the air is purer & warmer and breathed by the gods (as opposed to the AER, breathed by mortals).
[POETRY] Refers to celestial spaces. “But now I, a boat lost under the hair of coves, Hurled by the hurricane into the bird-less ether, I, whose wreck, dead-drunk and sodden with water, neither Monitor nor Hanse ships would have fished up”- (Arthur Rimbaud The Drunken Boat, 1871).
II.− [Speaking of a chemically defined body]
[CHEMISTRY] Very volatile spirit obtained by distilling a mixed acid with alcohol.
[MEDICINE] colourless liquid with a characteristic odour, used in industry as a solvent and in medicine as an antispasmodic, antiseptic and anaesthetic. In particular. (Ether used as a narcotic) You will need some preparation, that is to say a certain habit, to feel in all their completeness the singular effects of ether (...) different from the effects of hashish, the effects of opium and morphine (Guy Maupassant. Tales and news., vol. 2, Dreams, 1882). Compound. Addicted to ether, substitute. Masculine. Whoever makes use of ether as a narcotic. « A veritable atmosphere of mass hysteria amongst epileptics and ether addicts » (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891)